La crise de 2008, les subprimes

Pour comprendre le système des taux d’intérêt, il faut revenir sur la crise de 2008.

Aux USA, dans les années 2000, « on » avait décidé de faciliter l’acquisition de maisons individuelles aux ménages les moins favorisés.

Le paradigme à l’époque était que les prix de l’immobilier ne cessant jamais de monter, accorder des prêts pour de l’achat immobilier était sans risque. Les ménages éprouvant des difficultés passagères pourraient toujours demander un nouveau prêt sur l’hypothèque de leurs maisons, le prix de celles-ci montant sans arrêt.

Et les banques, en tête la Lheman Brothers, ont prêté à qui  le désirait, à des gens en situation précaire, qui n’avaient pas les moyens d’assumer le remboursement de ces prêts. Et est arrivé ce qui devait arriver, les maisons de ces gens ont été saisies, et se sont retrouvé en vente sur le marché de l’immobilier, leur nombre trop important à commencer à faire chuter les prix dès 2006.

Voici l’évolution du pourcentage de gens propriétaire de leurs maisons aux USA. Ici

Et voici le : Deliquency Rate on Single-Family Mortgages. Ici.

C’est-à-dire le pourcentage de personne ne pouvant plus payer le crédit de leur maison.

Dès l’instant où les prix de  l’immobilier ont commencé à baisser, toute la belle mécanique s’est enrayé, et la crise immobilière est devenue une crise économique, puis une crise boursière avec l’effondrement du Dow Jones d’octobre 2008  à Mars 2009. Ici.

//————————————————————————

Dès l’instant où la crise économique s’est faite sentir, la FED a commencé à baisser ses taux d’intérêts, le Effective FED Fond Rate est passé de 5% à 0.25%, entre Mai 2007  et  Octobre 2008.  Ici

L’un des moyens dont dispose les banques centrales pour réguler leur économie, est de jouer sur leurs taux d’intérêts, en augmentant ces taux, ils rendent l’argent plus cher, le crédit plus cher, et ils ralentissent ainsi l’économie et en baissant ces taux, ils rendent l’argent moins cher et font repartir cette économie.

Mais dès l’instant où ces taux sont déjà à Zéro, les banques centrales n’ont plus de moyen d’action et sont démunies si la crise se poursuit. C’est ce qu’explique Bernanke dans son : « speech deflation 2002 ».

Dès l’instant où les taux sont à zéro on utilise des moyens non-conventionnel : un QE, un Quantitative Easing, qui consiste comme son nom l’indique, à faciliter le crédit, de deux façons :

  1.  Par le rachat des obligations américaines, la FED fait baisser les taux d’intérêt qui leur sont associer. Ici

2. Par le rachat aux banques de leur crédits pourris, Ici, c’est-à-dire, les crédits immobiliers qu’elles ont accordés aux ménages en difficulté, et qui pèsent sur leurs bilans en représentant un risque. Par le rachat de ces crédits, la FED en débarrasse les banques et leur permet d’accorder de nouveaux crédits aux entreprises et particuliers qui le souhaitent. Crédit à faible taux en raison du point 1.

Tout ceci ayant pour but de stimuler l’économie et de la faire repartir.

********************************************************************

Note : jouez sur les réglages en bas des graphiques pour élargir la plage de temps.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s