L’Euro : mise à niveau

Sur internet, on entend des gens expliquer que le dollar n’est qu’un morceau de papier, il ne vaut que ce que vaut la feuille de papier pour l’imprimer;  Ils disent qu’il faut revenir à l’étalon Or. C’est la thèse notamment de Antal Fekete : « Le retour au standard Or » traduit par Pierre Jovanovic.  (Je ferai un résumé de ce livre lorsque j’en aurai le temps).

Le dollar vaut ce que vaut l’économie américaine.
Le dollar n’est pas qu’un morceau de papier, c’est une action sur l’économie américaine.  Cette économie est adossée elle-même sur l’intelligence économique du peuple américain, ainsi que sur l’intelligence économique de la FED, c’est à dire la capacité de la FED à passer au-delà des crises économiques, en conservant au dollar une valeur stable.
Actuellement ces intelligences sont les meilleures au monde, on s’arrache le dollar, par exemple au Venezuela, où la baisse des prix du pétrole provoque une crise économique, ou au Zimbabwé, après la politique raciale anti-blanc et l’hyper inflation résultant de l’incapacité des dirigeants.
Le dollar ne peut pas soudainement ne plus rien valoir, il y a toute l’infra structure qui ne peut pas disparaître du jour au lendemain : les usines, les routes, l’organisation, l’Etat, et il restera toujours l’intelligence des américains, qui ne peut pas, elle non plus, disparaître soudainement.
Voilà, dans tous les cas on ne peut pas qualifier le dollar de « simple morceau de papier ».
.                                        ———————————–
En 1999 nos dirigeants ont créé l’Euro dont le but était d’être une monnaie de réserve mondiale, une concurrente au dollar. Les promesses faites à l’époque était que l’Euro amènerait  la prospérité : le plein emploi et la croissance économique.

Voilà un graphique EURUSD en Monthly. ( ou ici )

EURUSD MONTHLY VI

A sa création l’Euro valait 0.85 Dollar, il est monté à 1.60 EURUSD, son maximum, en 2008 , puis il a fluctué pour des raisons que je ne connais pas autour de 1.30;  En 2014 la BCE a lancé son QE (sa baisse des taux d’intérêt) et l’EURUSD a baissé vers 1.09 en moyenne en 2015 et 2016.
Depuis sa la création, on voit que l’euro fait jeu égal avec le dollar. ou, si on veut,  l’EURUSD se maintient à un niveau à peu près constant, autour de 1.30 EURUSD.
La baisse actuelle de l’Euro (2015-2017) est à mettre au compte du QE de la BCE, qui  prendra fin d’ici quelques temps.

Les monnaies reflètent les performances des économies, ce que nous dit ce graphique c’est que l’économie européenne fait jeu égal avec l’économie américaine.  De ce point de vue, et jusqu’à présent, l’Euro remplit ses objectifs.
Par contre du point de vue des citoyens, on a une stagnation ou une régression du pouvoir d’achat et un chômage de masse doublé d’une immigration massive. Personne n’est satisfait des résultats obtenus, aucune des promesses des années 2000 n’a été remplie. On voit donc apparaître dans toute l’Europe des partis politiques anti Euro, prônant ouvertement la fin de l’Euro.
Il existe donc un risque politique : que les élections dans l’un des pays de l’Euro n’amène au pouvoir un parti politique désirant mettre fin à l’expérience Euro.

D’un point de vue économique, il faut considérer deux choses : selon Mario Draghi son QE fonctionne, et il semble qu’il y ait une reprise économique en Europe. Voir les PMI du vendredi 24 Mars 2017, au plus haut depuis 2012,  sur cette page.

Mais il semble aussi que les économies des pays d’Europe divergent les unes des autres, l’Euro est trop faible pour l’Allemagne et la favorise, l’enrichit, et l’Euro est trop fort pour  les autres pays et les appauvrit.
Si le budget de l’Europe est bénéficiaire c’est grâce à l’Allemagne surtout, sa balance commerciale est bénéficiaire, c’est elle qui paie pour les pays du sud. La retraite en Allemagne est à 65 ans ou 67 (?) et il n’existe pas de SMIC, les salaires sont faibles.
Pour rétablir l’équilibre entre les pays, il y a deux moyens : améliorer l’économie des pays faibles par des réformes, et affaiblir l’économie des pays fort. Probablement que l’un des moyens choisit pour ramener l’Allemagne au niveau des autres pays, soit de la submerger  d’immigrés musulmans, le million d’immigrés introduit en Allemagne par Merkel, doit être une charge et affaiblir son économie. Ce qui contredirait l’affirmation selon laquelle « l’immigration est une chance pour les pays ».

.                                              ——————————————————–

L’Europe est divisée économiquement entre les PIIGS, les pays du sud :  Portugal, Italie, Irlande, Grèce, Espagne. Et les pays du nord : France, Belgique, Autriche, pays bas, Finlande et Allemagne. On peut voir ici. La division se fait selon les taux d’intérêt servis à 10 ans.
Les PIIGS ont connu une spéculation immobilière lors du passage à l’Euro et des difficultés lors de la crise de 2008. Des sommes d’argent importantes ont été prêté à ces pays, surtout à la Grèce, mais aussi à l’Espagne et à l’Italie.
Ces dettes sont gérées par la BCE, qui maintient les taux d’intérêt à un niveau très faible, par l’intermédiaire de son QE. C’est la condition indispensable pour que ces dettes puissent être remboursé un jour.

Mais en cas de fin de l’Euro, les pays à qui cet argent à été prêté devront reprendre leurs dettes, Mario Draghi l’a dit, et dans ce cas on aura une crise économique majeure car les PIIGS ne seront pas en mesure de rembourser leurs dettes. Le problème n’est pas la survie des différents pays avec leur monnaie nationale respective, mais la gestion de la sortie de l’Euro, la re – négociation des dettes.
Si je prête de l’argent à mon voisin, et qu’il m’annonce que finalement il ne pourra jamais me rembourser. Qui perd cet argent ?
Je ne sais pas exactement qui a prêté quoi à qui. Je ne suis pas sûr que quelqu’un le sache, sauf Mario Draghi peut-être. L’accès aux chiffres est organisé de façon à être  opaque, les banques n’ont pas intérêt à ce que le public sache si elles sont impliqués dans des « subprimes à l’Européenne », des crédit immobiliers à des gens qui auraient des problèmes à les rembourser en cas de crise, car ces banques seraient alors les premières à faire faillite.

Voilà, en résumé on ne peut pas rester dans l’Euro car les économies divergent et les solutions pour les faire converger sont douloureuses pour les peuples, et on ne peut pas en sortir sans provoquer une crise économique majeure. La solution pour nos zélites est surement de rester dans l’Euro avec la BCE qui gère; peu importe les peuples et les citoyens .., enfin … pourvu qu’ils ne votent pas pour la sortie de l’Euro.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s