Plein emploi et pas d’inflation aux USA

Il y a une contradiction entre le fait que les USA soient en plein emploi, le taux de chômage est a 4.5%, et le fait qu’il n’y ait pas d’inflation.

Normalement le plein emploi amène l’augmentation des salaires et l’augmentation des salaires : la consommation: l’augmentation des prix = l’inflation.

Les taux d’intérêt – il suffit de prendre le TBonds à 10 ans – sont à 2.14% aujourd’hui, ils étaient à 2.6 % il y a 6 mois en arrière. Ce qui signifie que les marchés n’attendent pas d’inflation dans un avenir proche.

Après une recherche, j’ai trouvé cet article du site insolentia qui a mon avis donne la bonne raison.

Les chiffres officiels du chômage aux USA sont de 4.5 %, ce qui signifie le plein emploi, Charles Sannat précise que ces chiffres ne concernent pas tous les gens en recherche d’emploi  mais :

Aux USA, quand on ne cherche plus de travail… au bout d’un temps assez court, on n’est plus comptabilisé nulle part dans les taux de chômage.

En revanche, on est compté dans les Américains en âge de travailler qui ne travaillent pas. C’est la “non labour force” comme on dit là-bas.

Et en googlant voilà le graphique donnant la not in labour force, qui est bien de 95 millions de personne, et qui a augmenté de 15 millions entre 2008 et 2017 :

NON LABOUR FORCE

On a donc bien l’explication de l’absence d’inflation :  15 millions de personnes sorties des statistiques du chômage, une augmentation des  emplois précaires de 4 millions environ, le remboursement des maisons acheté avant 2008 toujours en cours, et selon Yellen, des prêts étudiants qui doivent être remboursé avant de pouvoir consommer.

C’est tout un ensemble qui fait que la croissance est en berne.

Les chiffres de l’emploi sont bien à prendre avec des pincettes.

Le fait que il y ait une croissance de 2.6% aux USA et que la bourse soit en hausse continuelle, relève de la santé des entreprises, et non de celle des américains. La faiblesse de l’augmentation des salaires ne reflète que celle de l’emploi.

 

Pour rappel le QE est arrêté depuis septembre 2014, le QE avait pour but d’éviter la déflation; mortelle pour les emprunteurs, car l’argent remboursé vaut plus cher que l’argent emprunté, alors que c’est le contraire dans l’inflation. (voir speech deflation Bernanke 2002).

Si Yellen a stoppé le QE c’est qu’il n’y avait plus de risque de déflation. Que la situation économique s’était suffisamment amélioré. Mais malgré cette amélioration, la croissance n’est pas revenu, pas d’inflation : pas de croissance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s